Le cinéma en France : l’affluence rime-t-elle avec « qualité » ?

salle-de-cinema

Les Français ont toujours été friands de cinéma et continuent à fréquenter en masse les salles obscures. Les chiffres de ce début d’année 2016 le confirment puisqu’on a comptabilisé 25,45 millions d’entrées pour le seul mois de février, un record selon le CNC. Pour autant, le succès au cinéma rime-t-il avec « qualité » ? 

On ne l’apprend à personne, le cinéma fait parti du patrimoine français. Depuis l’invention du système de projection sur grand écran par les frères Lumière dans les années 1890, le cinéma est un art apprécié et accessible par tous. L’année 2015 ayant marqué une légère baisse, notamment en raison des attentats de novembre, 2016 semble démarrer fort pour le 7ème art. On compte 25,45 millions d’entrées pour le seul mois de février. Un record de fréquentation pour ce mois depuis la mise en place des statistiques mensuelles du CNC, en 1980.

Le box-office France, les parts de marché des films français et américains… Un tour d’horizon des chiffres à retenir de ce début d’année 2016 :

cinemafrannee2016

Infographie

Mais pourquoi le mois de février 2016 a-t-il aussi bien marché ? Comme toujours, la météo est un des facteurs à prendre en compte, « puisque la pluie et le froid peuvent avoir pour effet de drainer les spectateurs vers les salles obscures, quand ceux-ci parviennent à sortir de chez eux », explique Maximilien Pierrette, journaliste à Allociné. « Mais je pense que cette fréquentation est également due à une combinaison entre les vacances scolaires, étalées sur 4 semaines, et un line-up intéressant de sorties : sur les 10 films à avoir dépassé le million d’entrées à ce jour, 8 sont sortis en février, à commencer par les 5 premiers du classement actuel ». Effectivement, Les Tuche 2 et Deadpool sont sortis au début du mois et Zootopie et The Revenant, en fin de mois. Selon Stéphane Boudsocq, journaliste cinéma à RTL, « janvier 2016 a été relativement calme en terme de grosses sorties, pas étonnant donc que le mois de février ait à ce point performé ». Mais le grand débat qui revient tous les ans n’a toujours pas de réponse : l’engouement des français pour ces films rime-t-il avec « qualité » ?

Les Français amateurs de films populaires

Au vue du box-office, il apparaît que les Français sont attirés par les comédies et les blockbusters. Les Tuche 2 a engrangé 4,4 millions d’entrées, suivi de près par le film sur le super-héros Deadpool et le film d’animation produit par Disney, Zootopie. Le grand divertissement est largement plébiscité. Pour Maximilien Pierrette, le succès d’un film repose « notamment sur le bouche-à-oreille, qui permet au long métrage de se maintenir dans les salles en attirant de nouveaux spectateurs ». Alors quand les gens rient et s’amusent, ils en parlent autour d’eux et cela fait effet boule de neige.

C’est notamment pour cela qu’il est difficile de réellement juger de la qualité cinématographique car elle est évidemment subjective. Même si les critiques de la presse pour Les Tuche 2 sont majoritairement négatives, elles n’empêchent pas les gens de passer un bon moment et de trouver le film à leur goût. Ce n’est pas la qualité qui est récompensée par l’affluence dans les cinémas mais le grand divertissement, qu’il soit comique ou explosif. De plus, les quatre films qui se placent en haut du box-office ont su rassembler des publics différents. »On retrouve aussi bien des comédies que des films d’animation, de super-héros ou d’auteur (The Revenant, ndlr). Il y en a vraiment eu pour tous les goûts, et le public y a visiblement trouvé son compte », explique Maximilien Pierrette. Un box-office qui montre bien que le cinéma plus confidentiel passe à la trappe pour la grande majorité des spectateurs. « C’est représentatif de ce que le grand public français aime au cinéma, car beaucoup de films plus pointus ont hélas été trop peu vus », confirme le journaliste. Une question de manque de choix peut-être. D’après lui, les films populaires ont davantage de succès en province, où ils attirent en moyenne 5-6 spectateurs contre 1 à Paris. Même si la tendance s’inverse, certains films d’auteurs, moins grand public, sont peu présents dans les grandes salles du pays et sont projetés seulement dans les salles de la capitale.

Les quatre films du box-office France :

1 – Les Tuche 2, d’Olivier Barroux : 4,4 millions d’entrées.

2 – Deadpool, de Tim Miller : 3,3 millions d’entrées.

3 – Zootopie, de Byron Howard, Rich Moore et Jared Bush : 3,2 millions d’entrées.

4 – The Revenant, de Alejandro Gonzalez Inaritu : 2,4 millions d’entrées.

Et si le succès rimait avec « familiarité » ?

Alors si le succès d’un film ne se rapporte pas forcément à sa qualité, à quoi se rapporte-t-il ? « Le succès d’un film, aujourd’hui, rime avec « familiarité », car ce sont souvent des suites, des remakes, des adaptations de romans célèbres comme Hunger Games et Le Labyrinthe, ou des acteurs déjà couronnés de succès qui marchent le mieux en salles », analyse Maximilien Pierrette. « Pour être sûrs d’atteindre la rentabilité, les producteurs misent avant tout sur des valeurs sûres », conclue-t-il. Les spectateurs savent à quoi s’attendre lorsqu’ils vont dans les salles. C’est également l’avis de Stéphane Boudsocq qui trouve que ces quatre films en haut du box-office « répondent à un cahier des charges bien précis, chacun dans leur genre, portés par des vedettes installées ou des labels reconnus ». Ainsi, par exemple, le maintenant oscarisé Leonardo DiCaprio tient le rôle titre dans un film d’auteur et les studios Disney proposent un nouveau film d’animation. Une recette qui fonctionne et servie à toutes les sauces.

Cependant, aucune formule n’est garantie à 100% quand un film sort sur les écrans. Stéphane Boudsocq nuance : « Son succès ou son échec dépend avant tout de l’envie du public et plus du tout de formules toutes faites basées sur la réputation d’un casting ou la répétition d’une recette aussi éprouvée soit elle. » Il donne des exemples récents précis : « Amis Publics, avec Kev Adams, qui sortait de deux gros succès (Les Profs 2 et Aladdin, ndlr), a par exemple déçu en terme d’entrées. Chocolat, avec Omar Sy ou La vache, avec Jamel Debbouzze de leur côté avaient sans doute espéré un meilleur résultat…« .

Le mois de février 2016 marque un beau début d’année pour le cinéma en France et ce alors que la saison des blockbusters américains n’a pas encore commencé et que certaines grosses comédies françaises comme Les Visiteurs 3Camping 3 et Brice 3 doivent encore sortir dans les salles. Du cinéma de qualité en perspective…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s